(IN FRENCH) Genepred : « Axeleo nous aide concrètement à structurer notre modèle économique »

Genepred : « Axeleo nous aide concrètement à structurer notre modèle économique »

Genepred fait partie des « nouveaux accélérés » d’Axeleo. Cette startup de l’e-santé propose une solution big data à destination des laboratoires d’analyse médicale, capable de prédire la cirrhose et le cancer du foie. Retour avec Pierre Dessein, le fondateur de Genepred, sur la genèse du projet et ses développements futurs.

Quelle était votre vision de ce qu’allait devenir Genepred au moment de la création de l’entreprise, en 2012 ?

Lorsque l’on regarde le chemin qui a été parcouru depuis, on se rend compte que notre vision était assez étroite. Nous étions partis d’un constat : les patients infectés par le virus de l’hépatite C meurent d’une cirrhose ou d’un cancer du foie – causé par le virus. On s’était dit « Nous allons développer un test génétique qui permettra, en analysant le génome, d’identifier quels sont les patients qui ont un risque de développer une cirrhose lorsqu’ils sont infectés par le virus de l’hépatite C ». On s’était limité à ça. Cela a beaucoup évolué depuis !

Qu’est-ce qui vous a amené à faire évoluer ce postulat de départ ?

La première raison, c’est que l’on s’est rendu compte au fur et à mesure de nos recherches qu’il y avait tellement de gènes et de mutations potentiellement impliqués dans le développement des cirrhoses et des cancers du foie, qu’il fallait développer des algorithmes complexes d’analyse pour aller plus loin dans l’exploitation des résultats. Ces solutions pourraient alors être proposées aux laboratoires d’analyse médicale. La seconde raison, et quitte à identifier les maladies du foie causées par le virus de l’hépatite C, autant étendre notre champ d’applications à ces maladies provoquées par d’autres facteurs (excès de graisse dans le foie, hépatite B, alcoolisme…). Enfin, nous avons décidé de ne plus nous limiter seulement aux problèmes de cicatrisation du foie et de nous intéresser à d’autres organes – nous sommes actuellement très avancés sur les problèmes de peau et nous réfléchissons à des applications autour des reins et des poumons notamment.

Comment avez-vous géré les problématiques propres au développement d’une telle startup au croisement du numérique et de la santé, notamment en ce qui concerne le financement ?

Nous avons procédé par levées de fonds auprès d’investisseurs et d’institutions. Au total, nous avons déjà obtenu 1,2 M€.

Quelles sont les prochaines étapes du développement de Genepred ?

Nous envisageons dans les 12 prochains mois de commercialiser une solution d’analyse des risques de cicatrices chéloïdes, c’est-à-dire un service permettant de prévenir les praticiens qu’un patient peut très mal cicatriser après une opération chirurgicale. Nous proposerons également un test permettant d’anticiper les risques de cirrhose, plusieurs années en avance. Pour schématiser, le génome n’évoluant pas durant la vie d’une personne ; on sera en mesure de dire d’un nouveau-né, en lui prenant une goutte de sang, s’il risque ou non de développer une cirrhose s’il devient alcoolique ou s’il adopte tout autre comportement considéré comme étant à risques.

Vous avez intégré il y a peu le programme d’accélération d’Axeleo. Comment avez-vous été en contact avec eux ?

Nos échanges avec Axeleo ont débuté à un moment où l’on cherchait à repenser notre modèle économique en proposant un software aux laboratoires d’analyse médicale. Or, aucun d’entre nous ne savait vendre un software en B2B ! Axeleo nous aide concrètement à structurer notre modèle économique autour d’approches big data, notre développement commercial et notre organisation, notamment en ce qui concerne notre équipe de développeurs. Ils nous apportent les compétences qu’il nous manquait pour aller encore plus loin dans l’aventure Genepred.

Comment se passe votre travail au quotidien avec Axeleo ?

Nous avons un référent chez eux, que l’on a très régulièrement par téléphone ou par mail, qui nous aide au quotidien à faire le point sur notre projet, puis nous renvoie vers d’autres personnes, entrepreneurs ou experts, chez Axeleo selon nos besoins ou nos interrogations. C’est un peu comme si nous avions recruté les professionnels qui nous manquaient !

Les prochaines étapes pour Genepred ? Accélérer son développement commercial au Japon et aux États-Unis. Également, l’année 2017 devrait permettre à plus de 100 000 patients de disposer du diagnostic génétique de Genepred, pour prévenir le développement potentiel de maladie du foie, dont l’hépatite et le cancer. Des objectifs ambitieux, à l’image de la startup et de ces fondateurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s